Etre sexuellement indépendant

 

Interrogeons-nous sur le mot « sexe ». Le mot « Sexe » vient du Latin « secare », qui signifie « couper ». Tout comme chez les plantes, les animaux, les insectes, etc... , l'être humain est divisé (coupé) en deux catégories : les femelles et les mâles. Chez les mammifères vertébrés (dont nous faisons partie), la femelle est capable de créer un nouveau-né, après s'être accouplée avec un mâle. C'est bien connu : des couples mâle-femelle se forment et ils copulent. Le mâle envoie sa semence (spermatozoïde) dans le vagin de la femelle. Parmis cette semence, il suffit d'un spermatozoïde pour « féconder » l'ovule de la femelle. C'est dit un peu crument, mais c'est la réalité.

 

Dans nos sociétés « modernes », le mot « sexe » a un tout autre sens. Il fait penser en premier à « plaisir ». Le plaisir sexuel, tellement recherché par une immense majorité de nos contemporains.

 

Chez les chiens, lorsqu'une femelle est en « chaleur », elle attire les mâles aux alentours, par son odeur, et si un mâle approche cette femelle, il va instinctivement s'accoupler avec elle.

 

Chez les êtres humains, c'est bien plus compliqué. D'abord, la femme (pas toutes mais beaucoup) peut désirer faire l'amour presque tout le temps (en dehors de la période de ses règles, et encore...). L'homme, quand à lui, n'a pas de limite : il peur faire l'amour tous les jours s'il le désire. Heureusement que nous avons la contraception parce que 7,5 milliards d'êtres humains, ça fait beaucoup ! Et puis, il y a la morale, certaines religions qui interdisent les rapports sexuels hors mariage. Il y a la monogamie, la polygamie, la prostitution, et tout et tout...

 

D'autre part, dans nos sociétés « modernes », on recherche avant tout le plaisir, et surtout le plaisir sexuel. Tout est fait pour cela : les pubs à la télé, les affiches dans les rues, tout est orienté vers le  « sexe ».

 

Malheureusement, cela pose de graves problèmes. Des millions de gens sont isolés et n'ont pas de compagne (ou de compagnon) pour faire l'amour. Il en résulte une grande souffrance qui peut mener à une grande violence. La sois-disant « libération sexuelle » a-t-elle vraiment existé ? Regardez ces agressions dans le métro, dans la rue, etc... Où en est-on vraiment ?

 

Que recherchent-on dans les rapports sexuels : certainement l'orgasme. L'orgasme est comme une drogue, il nous appaise. Mais combien de femmes ont-elles un orgasme en faisant l'amour avec leur mari ? Pour l'homme, c'est différent : il finit en éjaculant et cela lui procure un orgasme. Pensons à toutes les pauvres femmes, et même fillettes qui sont mutilées sexuellement parce que l'homme veut « dominer », s'imposer par la force. Nos sociétés sont patriarcales, et pourtant, par le passé, des civilisations matriarcales ont existé. Alors, quoi ? On continue à faire la guerre, à se conduie comme des sauvages, à violer les femmes, à détruire notre planète ??? Les animaux, s'ils nous regardent et s'ils sont capables de « penser », doivent se dire qu'on est vraiment des sauvages sanguinaires. Eux tuent pour manger. L'homme tue par folie ou même par plaisir, gratuitement.

 

Une seule solution pourrait exister à ce problème : à l'école, plutôt que d'apprendre des âneries aux enfants, il faudrait leur apprendre à jouir sexuellement, sans aucune honte car c'est un phénomène naturel, dès la puberté et même un peu avant. Cela éviterait beaucoup de violence liée à une insatisfaction sexuelle généralisée. A mon avis, les terroristes qui sévissent actuellement dans le monde sont de grands malades qui devraient apprendre à satisfaire leurs besoins sexuels refoulés.

 

Attention, le sexe n'est pas l'amour, il est d'ailleurs complètement opposé à l'amour. Sexe signifie diviser. Amour signifie unir. Aimer, c'est partager, écouter, être attentif à l'autre. Aimer, c'est donner, c'est se donner. On parlera de l'amour dans la page qui lui est consacrée.

 

L'orgasme, encore appelé « jouissance sexuelle » , chez l'être humain, est bénéfique : il apporte un réconfort certain face aux difficultés de la vie. Il détend, fait oublier ses soucis, recharge nos batteries... Il n'est pas nécessaire de s'accoupler pour avoir un orgasme : la masturbation, seul(e) ou à deux, correctement pratiquée peut mener à l'orgasme. La masturbation est souvent « mal vue » dans les monde « moderne ». Pourtant, la masturbation existe même chez les singes, et d'autres animaux : c'est un phénomène tout à fait naturel. Que sommes-nous réellement de plus que des animaux, évolués, certes, mais des animaux quand même. Bien sûr, il ne faut pas que la masturbation prenne trop d'importance dans notre vie car l'orgasme à deux est bien préférable à l'orgasme « tout seul (toute seule) ».

 

Mais venons-en à l'objectif de cette page : parler de l'indépendance sexuelle. L'homme dépend de sa femme, et de ses éventuelles maîtresses. La femme dépend de son homme et de ses éventuels amants. Lorsque l'homme ou la femme n'a pas ce qu'il (elle) désire, il y a un malaise. Ce n'est pas pour rien que les sites de rencontres fleurissent comme des pissenlits... Une grande solitude envahit beaucoup dêtres humains. Alors ils recherchent de la compagnie, ils cherchent maintenant « l'amour », comme on dit vulgairement, sur internet, ce réseau mondial qui permet aux gens de communiquer de chez soi, sans se déplacer. Un français peut par exemple s'éprendre d'une japonaise, qui habite à des milliers de kilomètres, mais qui a internet. Et il existe des mariages basés sur internet.

 

Etre indépendant sexuellement, c'est quoi ? Eh bien c'est accepter que dans chacun d'entre nous (homme ou femme), il existe un côté féminin et un côté masculin. A chacun de ces deux côtés sont liés des qualités, qui, si elles sont réunies, peuvent nous procurer une certain indépendance sexuelle. Cette indépendance sexuelle peut nous rendre plus autonome, plus accompli. Ne pas dépendre est préférable à dépendre.

 

Chez l'animal (dont nous ne sommes pas si éloigné que nous le pensons), l'acte sexuel est justifié par l'instinct de reproduction. Chez l'être humain, il serait temps qu'on s'arrête de procréer car bientôt la planète ne pourra plus nous supporter. On manque d'eau, de nourriture, alors pourquoi nous multiplier encore ? Les ressources de notre planète Terre sont limitées, et on arrive presque au bout de leurs bienfaits. Que feront les gens qui n'auront plus rien à manger, plus d'eau potable à boire ? Chez l'être humain, l'acte sexuel peut être pratiqué sans envisager de se reproduire. Nous sommes suffisamment nombreux comme ça. Quelle avenir réservons-nous à nos enfants nés après 2010 ? Y-avons-nous pensé ?

 

Si nous avons besoin de jouir sexuellement, on peut très bien le faire sans pour autant mettre au monde des enfants que l'on délaissera par la suite, faute de moyen pour les élever et les nourrir. On peut jouir sexuellement de trente six manières différentes : à chacun de choisir la sienne. Pendant la guerre, les soldats accrochaient des photos de « pin-up » sur les mûrs : cela nourissait leurs fantasmes. La nuit, ils pouvaient se masturber tranquillement en pensant à leur pin-up favorite.

 

Signé : Christian